Menu

Les artistes

Émilie Aizier

Lien(s) utile(s) :

Émilie Aizier est artiste graveuse & lithographe DIY*. Elle a fait des études artistiques à Épinal où elle est née. Après des années passées dans des structures en lien avec l’impression d’art, elle s’est fait remarquer en inventant la technique de la Kitchen Litho en juin 2011. C’est une forme de lithographie faite maison (avec du cola, du savon, des feuilles d’aluminium…) qui est maintenant pratiquée dans les ateliers d’images imprimées du monde entier.

Elle développe ses recherches, enseigne et organise un concours international de Kitchen Litho depuis 2015. Le premier prix a été décerné cette année à une étudiante en illustration de Taïwan.

*Do it Yourself, Faites-le vous-même.

Julia Blumberg

Lien(s) utile(s) :

Artiste chorégraphe, interprète et pédagogue, Julia Blumberg a dirigé et mis en scène plusieurs compagnies de danse parmi lesquelles la compagnie Les Mécaniques Cintrées à Épinal et la compagnie Mophato Dance Theatre au Botswana. Elle présente plusieurs compagnies dans des concours de renommée européenne et internationale.

Ainsi, en 2016, elle obtient un 3e prix au concours européen de danse de Chaville avec la pièce Harraka et entre 2006 et 2008, un 1er prix au Concours international chorégraphique jazz de Florence avec la compagnie Les Demont’Tutus, ainsi qu’un 3ème au concours de danse de Voiron.

Sa carrière d’interprète se développe dans plusieurs compagnies dont la diversité vient nourrir sa créativité et son éclectisme. Elle participe à de nombreuses tournées en Europe et en Russie avec la compagnie TDM et Synospie, en Guyane avec Tatoo et profite régulièrement de stages internationaux aux États-Unis et en Europe pour se nourrir et se renouveler.

Entre 2012 et 2014, la rencontre et le travail avec le chorégraphe botswanais Andrew Kola est un moment fondateur dans sa carrière. La philosophie et le lien à la terre de l’Afrique australe, l’invite à explorer une perception très corporelle et ancrée du rythme, du son, du mouvement, et à remettre en perspective son appréhension européenne de la danse.

Titulaire du DE de danse option jazz, intuitive, créative et exigeante, elle sait mettre sa pédagogie et ses compétences au service de tous les publics (professionnels, amateurs, scolaires, handicapés…). Son master en danse thérapie et psychopédagogie lui permet d’appréhender différents publics polyhandicapés, psychotiques, autistes et d’inscrire son travail dans une autre dimension thérapeutique et altruiste.

Daniel Cacouault

Lien(s) utile(s) :

Né en 1964, Daniel Cacouault vit entre Nantes et Paris. À la fois illustrateur, peintre, concept artist et directeur artistique, il œuvre aussi bien dans les domaines de la bande dessinée, de l’illustration, du dessin animé, du cinéma et du jeu vidéo depuis plus de trente ans.

Disciple de l’illustrateur Neil Ross, il est un collaborateur régulier du réalisateur Pete Candeland (Gorillaz, Beatles Rock Band), et a travaillé comme concept artist pour Dreamworks, Disney, ainsi que dernièrement pour la série Netflix Love, Death and Robots.

Il enseigne la rhétorique visuelle aux écoles des Gobelins et Georges-Méliès. Daniel Cacouault peint, expose et vend ses tableaux inspirés des contes de Charles Perrault et des frères Grimm.

Logiquement, il est venu à s’intéresser à Lewis Carroll et à Alice, s’inscrivant dans une longue tradition d’illustrateurs que ce conte a inspirés : John Tenniel, Arthur Rackham, Mervyn Peake, Salvador Dalí, ou, plus récemment, Sempé et Benjamin Lacombe.

Amadeo Cervone

Lien(s) utile(s) :

Originaire de Sens, Amadeo Cervone est un illustrateur, infographiste et animateur 2D. Après une année préparatoire aux Beaux-arts de Beaune, il suit une année d’étude à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon. Enfin, il intègre L’École Supérieur d’Arts de Lorraine à Épinal où il obtient son DNAT après un cursus de trois années.

Amadeo Cervone est le grand gagnant du workshop 2020 et se voit donc attribuer une commande de la Ville d’Épinal d’un montant de 5000€ pour réaliser son propre spectacle de mapping sur la façade de la Basilique Saint Maurice.

Jean-Marie Cherruault

Lien(s) utile(s) :

Jean Marie Cherruault est un artiste qui vit et travaille dans les Vosges à Épinal. Enfant il fut impressionné par un tableau du grand Maître Georges de la Tour qui fit naître en lui la vocation d’artiste peintre.

Autodidacte, c’est en observant les copistes au musée du Louvre qu’il commença son long apprentissage en reproduisant les œuvres des grands Maîtres. Il aime particulièrement De la Tour, Velasquez et les peintres du 17è.Adepte d’une technique proche de l’hyperréalisme, il peint uniquement à l’huile.

Le cinéma influence également son œuvre pour les cadrages, les plans dynamiques et certains effets de floutage.

Après une période de « naïfs fantastiques » qui pouvait le rapprocher de certains artistes Flamand comme Brueghel, ses travaux s’orientent vers des thèmes volontairement inquiétants qui empruntent à l’univers romanesque de Lewis Carroll et au cinéma de Tim Burton. On peut également discerner chez lui des influences croisées de Bosch et du Maître danois Hammershoi.

École Méliès

L’École Georges Méliès a été fondée en 1999 par son directeur général Franck Petitta. Située à Orly (Grand Paris), elle jouxte le Parc Georges Méliès, lieu où ce père de l’art cinématographique et des effets visuels a terminé sa vie.

L’École Georges Méliès propose 3 formations dans les domaines de l’image : une année de mise à niveau en Arts Appliqués, un cursus de 4 ans en Cinéma d’Animation (toutes techniques confondues), un cursus de 4 ans en Jeu Vidéo (technologies temps réel : réalité virtuelle et augmentée).

Ces deux cursus distincts sont associés l’un à l’autre dans une approche globale et donnent lieu à la réalisation de projets communs.

Damien Fontaine

Lien(s) utile(s) :

Compositeur et metteur en scène natif de Nancy, Damien Fontaine a signé au cours de ces 10 dernières années de nombreux spectacles multimédias, en France et à l’international, devant plus de 12 millions de personnes.

Lauréat par 5 fois du Trophée des Lumières de la ville de Lyon pour ses créations monumentales dans le cadre de « La Fête des Lumières », (les dernières en date sur la Place des Terreaux en Décembre 2013 et la Cathédrale Saint Jean en 2012), et réalisateur du plus grand spectacle multimédia jamais donné en Europe (Parlement de Bucarest en 2014) l’artiste a développé un savoir-faire unique où les technologies visuelles d’avant-garde se mêlent à l’intime de son propos.

Ses scénographies puisent au creux des richesses et de l’histoire du patrimoine, à l’instar de la Forteresse de Chinon s’offrant en théâtre panoramique sur 500 mètres d’ouverture, de la Citadelle de Belfort réveillant son Lion dans un rugissement d’images, ou encore de la Cathédrale d’Orléans totalement métamorphosée à l’occasion des Fêtes de Jeanne d’Arc.

Le côté « éphémère » de ses performances est également relayé par des installations-spectacles plus récurrentes, voire pérennes. C’est le cas des Cathédrales de Sens et Tours, de la Basilique de Domrémy et du Château d’Amboise qui chaque été deviennent les scènes de créations monumentales servies par des centaines de figurants, mais également de nombreux rendez-vous dans le Sud de la France (Antibes, Cannes, Nice, Saint-Raphaël, Sophia Antipolis, Foix, Béziers, …).

Mais c’est surtout une reconnaissance grandissante à l’étranger : le 1er Festival des Lumières de Dubaï, un spectacle permanent à Jerusalem, le Théâtre du Bolchoï de Moscou, Libreville, l’inauguration du Festival des Arts Noirs dans le stade de Dakar, Rabat, l’Exposition Universelle de Shangaï, Sao Paulo, L’Île Maurice, la Nouvelle Orléans, ou encore Chicago….

Marie-Jeanne Gauthé

Lien(s) utile(s) :

Diplômée en Arts Plastiques de l’École Nationale des Arts Déco de Paris, ainsi que de l’École des Arts Appliqués de Paris en tant que plasticienne – scénographe, Marie-Jeanne Gauthé est rapidement recrutée chez ETC, la société évènementielle de Jean-Michel Quesne.

Deux ans plus tard, elle collabore pour la première fois avec Jean-Michel Jarre pour les projections géantes des méga concerts de Houston et Lyon aux côté de Quesne.

En 1987, elle créé sa propre société Light Motif, spécialisée dans la conception et réalisation d’images projetées pour spectacles et événements audio-visuels.

À partir de cette date, elle devient LA responsable des projections géantes de quasiment tous les concerts de Jean-Michel Jarre, tournées comprises.

En 30 ans, les techniques de projections ont beaucoup évolué et son expérience s’est enrichie avec l’adaptation de ses créations aux nouvelles technologies du secteur vidéo. Elle a su s’entourer d’une équipe d’infographistes qui regroupe les meilleures compétences en matière de vidéo 3D et effets spéciaux.

Sidonie Hollard

Lien(s) utile(s) :

Née en 1965, Sidonie Hollard est une artiste plasticienne et illustratrice diplômée des Beaux-Arts d’Épinal, amoureuse des images populaires dans une large définition.

Après avoir été illustratrice pour l’édition et la presse magazine nationale, Sidonie Hollard travaille dans la création plasticienne et expose régulièrement son travail. Dessin, peinture, textile, gravure, volume : toutes les techniques sont chez elle au service de la construction d’un univers en perpétuelle évolution. Sans cesser de maintenir un lien étroit avec l’illustration, la narration, elle collaborera notamment 12 ans avec l’Imagerie d’Épinal. Spinalienne de cœur, Sidonie s’est installée depuis peu en Meuse.

Son œuvre fait référence sans cesse aux images populaires, narratives, aux affiches, icônes, motifs. On retrouve dans ses œuvres des représentations stylisées et une part belle au jeu de la couleur et des motifs. Son univers navigue entre réel et imaginaire, poésie et absurde.

Artiste, elle utilise différents médiums (peinture, dessin, gravure, textile,  volume, installation) qui sont au service de ses recherches plasticiennes pour décrire un univers qui questionne la mémoire, l’enfance, les contes…

Un travail comme la fabrique d’un monde fait de petites mythologies personnelles. L’expérience au cœur de son travail, pour dérouler le fil d’une narration aléatoire, sans début, ni fin.

Image’Est

Lien(s) utile(s) :

Créé en 2009, « Films en Lorraine »

Aujourd’hui, Image’Est – Union des professionnels est une fédération chargée de réunir et de représenter les professionnels du secteur de l’image en Lorraine. Films en Lorraine est officiellement un Pôle Régional d’Éducation Artistique et de Formation au Cinéma et à l’Audiovisuel. 

Luca Ledda

Lien(s) utile(s) :

L’association Le Mur accueille l’artiste Luca Ledda.

Luca Ledda est un artiste italien de Turin qui, avec son style unique, a récemment publié son dernier ouvrage L’ironie de l’abondance. Un travail qui veut réfléchir sur notre conception du Monde et la consommation de ses ressources. L’excès au centre de tout, introduisant toujours le goût amer de la société de consommation d’aujourd’hui dans ses œuvres surréalistes.

Réalisé sur papier utilisant le stylo et les aquarelles, chaque détail dessiné par Luca Ledda apparait agrandi presque superflu. Comme la main potelée avec une montre représentant l’euro, l’artiste turinois ridiculise la notion de temps, balayée et définitivement remplacée par l’argent.

Et puis la référence inévitable à la soi-disant « Rich Life », idéalement représentée dans une bouteille de savon mais qui est en fait l’objectif auquel tout le monde aspire. Ou la brosse à dents représentée comme l’abondance ou le savon représenté comme un symbole de richesse.

Illustrateur, peintre et artiste de rue, véritable artiste polyvalent, L’ironie de l’abondance de Luca Ledda est une œuvre qui nous invite à réfléchir sur notre vie et nos priorités.

Marc Namblard

Lien(s) utile(s) :

Né en 1973 à Paris, il vit dans le Loiret jusqu’à ses 19 ans puis déménage dans les Vosges pour poursuivre des études à l’École supérieure d’art d’Épinal.

Marc Namblard travaille, depuis la fin des années 2000, à la fois comme guide naturaliste, audio naturaliste et artiste sonore.

Tout son travail est marqué par une double approche, à la fois naturaliste et musicale, rationnelle et intuitive. La très haute exigence de l’écriture sonore le pousse dans son œuvre à l’innovation et à la rigueur de l’observation naturaliste

Denis Pondruel

Lien(s) utile(s) :

Né à Paris en 1949, Denis Pondruel a une formation d’ingénieur (Arts et Métiers). Il utilise les techniques les plus rigoureuses ou les technologies les plus sophistiquées pour exprimer la confusion ou l’intimité des sentiments.

Après avoir réalisé des « machines à jouer des pièces de théâtre » (Le Cid, Othello, etc.), il a orienté son travail vers une exploration de l’espace au moyen d’une forme (souvent la même), déclinée et mise en scène selon les lieux.

Frédéric Pillot

Lien(s) utile(s) :

Né en 1967 à Hayange en Moselle, Frédéric Pillot est l’un des auteurs-illustrateurs jeunesse les plus doués de sa génération. En trente ans, il a vendu deux millions de livres et publié des dizaines de titres traduits dans le monde entier. Sa série Lulu Vroumette avec son compère Daniel Picouly a été adaptée en dessin animé (trois saisons diffusées dans le monde entier !).

Sa série Moi, Thérèse Miaou avec son ami Gérard Moncomble est actuellement en cours de réalisation en dessin animé. Son sens minutieux du détail et de la perspective en font un illustrateur incontournable. Sa galerie de personnages est particulièrement attachante et ses univers sont lumineux et magiques. Des expositions de ses originaux tournent toute l’année dans toute la France.

L’album jeunesse Balbuzar le pirate de Frédéric Pillot a reçu le « prix du meilleur album jeunesse des Imaginales 2021 ».

Stéphanie Thernier

Lien(s) utile(s) :

Stéphanie Thernier, aussi connue sous le surnom de « La Gosse », est née, a étudié et vit à Épinal. Diplômée de l’École de l’Image en 2001 et de l’école des Beaux-Arts de Metz en 2003, Stéphanie s’est orientée vers la vidéo.

Professeur d’Arts Plastiques et d’Arts Appliqués pendant quelques années, elle travaille depuis 2010 à l’Atelier d’Images Plus en tant que réalisatrice, aide à la réalisation et formatrice audiovisuelle.

Ses créations sont autant provocatrices que sensibles et peuvent prendre toutes les formes : peintures, sculptures, collages, vidéos…On ne fait pas entrer La Gosse dans des cases et pour elle, créer, c’est s’amuser.

Partager sur :

Logo Facebook Logo Twitter Logo LinkedIn
Annuler