Menu

Les artistes

Olivier Irthum

Lien(s) utile(s) :

Olivier Irthum développe, depuis maintenant plus de 10 ans, une forme quasi picturale de lumière numérique basée sur l’utilisation de la vidéo et des nouvelles technologies comme matière lumière. Procédé qu’il nomme “vidéolighting “.

Cela lui permet d’aborder la lumière non plus comme une courbe d’ordre linéaire, mais comme un signal modulable mouvant et vivant, qui permet de changer la nature des “photons“ émis dans le temps présent.
Il peut ainsi donner une vibration à la lumière, plus proche du son et de la musique, allant jusqu’à jouer de la lumière en live comme sur le projet Arrays mené avec Hervé Birolini ou le spectacle Encore de Aurore Gruel et Françoise Klein.

Il travaille depuis 1992 d’abord comme régisseur lumière puis comme éclairagiste. S’apercevant rapidement du goût prononcé qu’il garde pour l’architecture étudiée dans son cursus scolaire et pour la peinture pratiquée à ses débuts, il enrichit progressivement sa « palette » de collaborations, en tant que scénographe.

Ainsi son travail de lumière et de scénographie se tisse pour prendre la forme plus complète de travaux plastiques, d’installations scénographiques lumineuses interactives auxquels il donne un cadre en 2014, en fondant DBO.

Questionnant le rapport de l’homme à la science et à la nature, ses installations invitent le spectateur à prendre le temps de poser son regard : celui-ci est face à des tableaux lumières qu’il voit évoluer, se développer et se modifier en réaction à sa présence et ses mouvements.

Margot Kaluszyner

Lien(s) utile(s) :

Diplômée de LISAA puis des Gobelins en 2020, Margot Kaluszyner travaille en tant que motion designeuse et illustratrice en France.

Elle découvre le Video Mapping pendant sa dernière année de formation aux Gobelins où elle réalise sa première projection en équipe pour la Cathédrale d’Orléans au cours d’un workshop animé et encadré par Marie-Jeanne Gauthé.

L’univers graphique de Margot est nourri par la culture japonaise, la bande-dessinée, notamment par les auteurs Stéphane Fert, Cyril Pedrosa, Kay O’Neill et Jean Giraud alias Moebius, par l’Art Nouveau et la mythologie grecque.

Stan Manoukian

Lien(s) utile(s) :

Depuis l’enfance, Stan Manoukian se passionne pour le dessin puisant son inspiration dans la science-fiction rétro, les films classiques de monstres et les romans d’écrivains tels que Edgar PoeLovecraftMary Shelley ou encore Jules Verne.

En 1988, fraichement diplômé de l’école d’art Estienne, il débute en France et aux États-Unis comme dessinateur de bandes dessinéesdesigner et storyboarder pour le cinéma et la publicité.

Avec Vincent Roucher, il forme le duo d’auteurs Stan et Vince, qui réalisent (scénario et dessin) la série Vortex et le dessin de la série Les Chronokids (sur scénario de Zep) et de la série Density (sur scénario de Lewis Trondheim).

En 2007, il entreprend un défi artistique personnel : dessiner un monstre par jour pendant un an. Cette initiative de grande envergure donnera naissance l’année suivante au livre Diary of inhuman species paru chez Ankama.

Depuis, l’exploration de son monde fantasmagorique le pousse vers des projets de plus en plus grands et ambitieux, testant diverses techniques, passant du dessin à la sculpture.

Amadeo Cervone

Lien(s) utile(s) :

Originaire de Sens, Amadeo Cervone est un illustrateur, infographiste et animateur 2D. Après une année préparatoire aux Beaux-arts de Beaune, il suit une année d’étude à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon. Enfin, il intègre L’École Supérieur d’Arts de Lorraine à Épinal où il obtient son DNAT après un cursus de trois années.

Amadeo Cervone est le grand gagnant du workshop 2020 et se voit donc attribuer une commande de la Ville d’Épinal d’un montant de 5000€ pour réaliser son propre spectacle de mapping sur la façade de la Basilique Saint Maurice.

Mireille Gehin

Lien(s) utile(s) :

Mireille Gehin est conteuse depuis plus de 25 ans. Elle puise ses inspirations dans les légendes et les contes du monde. Elle habite une partie de l’année en Inde et raconte en anglais, entourée de musiciens locaux qui font écho à ses narrations.

Aujourd’hui, Mireille est totalement investie dans son travail de transmission et de diffusion des histoires à voix nue ou avec son théâtre de papier en Inde comme en France. Elle développe toutes les formes de moyens pour y parvenir. Elle travaille avec clowns, illustrateurs, musiciens et plasticiens.

Au fil de ses expériences, Mireille utilise les mots qui font prendre conscience, ceux qui réconfortent et ouvrent. Plus tard, Mireille travaille avec des enfants : cette fois-ci les mots sont à entendre, à deviner, à dire. Elle raconte les contes populaires, les mythologies, les histoires de vie.

Wanqi Gan

Lien(s) utile(s) :

Artiste plasticienne transdisciplinaire, diplômée de l’École Supérieure d’Art de Lorraine – Épinal. Son travail artistique est reconnaissable par son univers graphique saugrenu, personnel, et son approche narrative humoristique.

Elle fait de la mise en scène, de l’illustration, de la céramique, et d’autres formes d’expressions plastiques variées.

INSTASE

Lien(s) utile(s) :

INSTASE oscille entre musique pop aux accents folk et rock électronique avec des chansons qui tendent à dessiner un portrait d’état intérieur à travers des métaphores.

Vincent Ganaye

Lien(s) utile(s) :

Photographe-auteur et peintre, Vincent Ganaye a développé ses créations autour du paysage et des milieux naturels.

En perpétuelle quête de nouvelles lumières, il puise son inspiration lors de voyages et de nombreuses immersions solitaires en pleine nature, au contact de l’eau, de l’air, des pentes rocheuses, à l’écart des empreintes humaines.

Résidant dans les Vosges, auteur de plusieurs publications sur le massif, il consacre toujours une part importante de son métier d’artiste à mettre en lumière les reliefs et les contours contrastés des saisons de ses territoires de montagne.

Marianne Villière

Lien(s) utile(s) :

Après un Master à l’ENSAD de Nancy, Marianne Villière est diplômée du Master CCC – théorie critique à la HEAD de Genève et obtient le prix Gianni Motti.

Dans l’espace commun, sa démarche cherche des points de bascule de manière à : inverser des rapports de forces – rendre perceptibles les marges / la biodiversité. Cela l’engage dans des compositions de situations contextuelles et éphémères.

Discrètes mais complices, ses interventions proposent une lecture à double tranchant. Au premier abord, le geste semble drôle, léger voire superficiel, pour ensuite nous faire face avec brutalité.

École Méliès

L’École Georges Méliès a été fondée en 1999 par son directeur général Franck Petitta. Située à Orly (Grand Paris), elle jouxte le Parc Georges Méliès, lieu où ce père de l’art cinématographique et des effets visuels a terminé sa vie.

L’École Georges Méliès propose 3 formations dans les domaines de l’image : une année de mise à niveau en Arts Appliqués, un cursus de 4 ans en Cinéma d’Animation (toutes techniques confondues), un cursus de 4 ans en Jeu Vidéo (technologies temps réel : réalité virtuelle et augmentée).

Ces deux cursus distincts sont associés l’un à l’autre dans une approche globale et donnent lieu à la réalisation de projets communs.

Damien Fontaine

Lien(s) utile(s) :

Compositeur et metteur en scène natif de Nancy, Damien Fontaine a signé au cours de ces 10 dernières années de nombreux spectacles multimédias, en France et à l’international, devant plus de 12 millions de personnes.

Lauréat par 5 fois du Trophée des Lumières de la ville de Lyon pour ses créations monumentales dans le cadre de « La Fête des Lumières », (les dernières en date sur la Place des Terreaux en Décembre 2013 et la Cathédrale Saint Jean en 2012), et réalisateur du plus grand spectacle multimédia jamais donné en Europe (Parlement de Bucarest en 2014) l’artiste a développé un savoir-faire unique où les technologies visuelles d’avant-garde se mêlent à l’intime de son propos.

Ses scénographies puisent au creux des richesses et de l’histoire du patrimoine, à l’instar de la Forteresse de Chinon s’offrant en théâtre panoramique sur 500 mètres d’ouverture, de la Citadelle de Belfort réveillant son Lion dans un rugissement d’images, ou encore de la Cathédrale d’Orléans totalement métamorphosée à l’occasion des Fêtes de Jeanne d’Arc.

Le côté « éphémère » de ses performances est également relayé par des installations-spectacles plus récurrentes, voire pérennes. C’est le cas des Cathédrales de Sens et Tours, de la Basilique de Domrémy et du Château d’Amboise qui chaque été deviennent les scènes de créations monumentales servies par des centaines de figurants, mais également de nombreux rendez-vous dans le Sud de la France (Antibes, Cannes, Nice, Saint-Raphaël, Sophia Antipolis, Foix, Béziers, …).

Mais c’est surtout une reconnaissance grandissante à l’étranger : le 1er Festival des Lumières de Dubaï, un spectacle permanent à Jerusalem, le Théâtre du Bolchoï de Moscou, Libreville, l’inauguration du Festival des Arts Noirs dans le stade de Dakar, Rabat, l’Exposition Universelle de Shangaï, Sao Paulo, L’Île Maurice, la Nouvelle Orléans, ou encore Chicago….

Marie-Jeanne Gauthé

Lien(s) utile(s) :

Diplômée en Arts Plastiques de l’École Nationale des Arts Déco de Paris, ainsi que de l’École des Arts Appliqués de Paris en tant que plasticienne – scénographe, Marie-Jeanne Gauthé est rapidement recrutée chez ETC, la société évènementielle de Jean-Michel Quesne.

Deux ans plus tard, elle collabore pour la première fois avec Jean-Michel Jarre pour les projections géantes des méga concerts de Houston et Lyon aux côté de Quesne.

En 1987, elle créé sa propre société Light Motif, spécialisée dans la conception et réalisation d’images projetées pour spectacles et événements audio-visuels.

À partir de cette date, elle devient LA responsable des projections géantes de quasiment tous les concerts de Jean-Michel Jarre, tournées comprises.

En 30 ans, les techniques de projections ont beaucoup évolué et son expérience s’est enrichie avec l’adaptation de ses créations aux nouvelles technologies du secteur vidéo. Elle a su s’entourer d’une équipe d’infographistes qui regroupe les meilleures compétences en matière de vidéo 3D et effets spéciaux.

Romain Froquet

Lien(s) utile(s) :

Romain Froquet alterne les projets artistiques personnels et collectifs. Il noue de nombreuses collaborations dans le cadre de festivals d’art urbain ou au sein du collectif d’artistes 9e concept.

La coopération avec d’autres peintres, photographes, vidéastes ou sculpteurs lui donne l’opportunité d’expérimenter son art sous un autre angle, en jouant sur le côté fusionnel ou complémentaire.

Image’Est

Lien(s) utile(s) :

Créé en 2009, « Films en Lorraine »

Aujourd’hui, Image’Est – Union des professionnels est une fédération chargée de réunir et de représenter les professionnels du secteur de l’image en Lorraine. Films en Lorraine est officiellement un Pôle Régional d’Éducation Artistique et de Formation au Cinéma et à l’Audiovisuel. 

Paul & Gaëtan Brizzi

Lien(s) utile(s) :

Paul et Gaëtan Brizzi sont réalisateurs de dessins animés, artistes peintres et illustrateurs.
Après des études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, les deux frères se font remarquer dès 1977 en remportant le César du meilleur court-métrage d’animation pour Fracture.
Ils réalisent par la suite Astérix et la surprise de César pour Gaumont et Dargaud Film avant de créer leur propre société, Brizzi Films.

Ils intègrent la filiale télévision de Disney en 1989 et ont ainsi l’opportunité de travailler sur un épisode spécial Noël des Aventures de Winnie l’Ourson, puis sur Super Baloo, La Bande à Dingo, La Bande à Picsou. Leur studio rejoint ensuite la filiale film de Disney, ce qui leur permet notamment de travailler sur la séquence l’Oiseau de feu dans Fantasia 2000.

Après La Cavale du Docteur Destouches, d’après l’œuvre de Louis-Ferdinand CÉLINE, avec Christophe MALAVOY, ils adaptent L’automne à Pékin, le roman de Boris VIAN en 2017.

Ils font paraître en 2020 une version richement illustrée de L’écume des jours de Boris VIAN, ils réalisent actuellement une adaptation en bande dessinée de L’Enfer de Dante, à paraître fin 2022 aux éditions Daniel Maghen.

Katia

Lien(s) utile(s) :

Katia Morgand peint depuis son enfance. Elle rencontre Action en 2014, dès lors elle apprend le maniement de la bombe et se dirige vers une recherche graphique tournée vers l’illustration.  

Elle affectionne principalement les détails, son travail est très minutieux. Portée sur la beauté du monde, ce sont les voyages qui l’inspirent et lui permette de s’exprimer pleinement. Dans le duo KAT&ACTION elle réalise les animaux stylisés aux lignes épurés et aux couleurs vives. 

Action

Lien(s) utile(s) :

ACTION est tombé dans les lettres il y a 20 ans. Il explore tous les moyens possibles de créer, la lumière, le bois, le modelage, la peinture, à la bombe, au rouleau.

Ces dernières années il s’est concentré sur la géométrie et les mathématiques. Il décline ses réflexes de lettreurs dans des compositions plus minimalistes où chaque trait est choyé, dans la rigueur et la propreté. Dans le duo KAT&ACTION il réalise la structure des visuels dans laquelle se cache ses 6 lettres. 

Stéphanie Thernier

Lien(s) utile(s) :

Stéphanie Thernier, aussi connue sous le surnom de « La Gosse », est née, a étudié et vit à Épinal. Diplômée de l’École de l’Image en 2001 et de l’école des Beaux-Arts de Metz en 2003, Stéphanie s’est orientée vers la vidéo.

Professeur d’Arts Plastiques et d’Arts Appliqués pendant quelques années, elle travaille depuis 2010 à l’Atelier d’Images Plus en tant que réalisatrice, aide à la réalisation et formatrice audiovisuelle.

Ses créations sont autant provocatrices que sensibles et peuvent prendre toutes les formes : peintures, sculptures, collages, vidéos…On ne fait pas entrer La Gosse dans des cases et pour elle, créer, c’est s’amuser.

Partager sur :

Logo Facebook Logo Twitter Logo LinkedIn
Mon avis citoyen Recrutement Contact
Annuler